Melissa Bounoua

journaliste à Slate, 27 ans + dites bonjour + mon site

pour s'y retrouver : restaurants | BD | littérature | villes

Install Theme

C’est ça le midi festival. Les cigales et les groupes qui jouent au milieu des pins avec la vue sur Hyères-les-palmiers. Comme chaque année, l’organisation c’est le bordel. Mais, comme chaque année, on s’étend dans le jardin qui surplombe la ville en écoutant les groupes qui font leur balance, on pense que c’est l’été et on est bien.

Comme chaque année à la station Duroc, des artistes mettent en avant les musiciens qui seront à Rock en seine.
Ici st vincent par David Prudhomme.

Comme chaque année à la station Duroc, des artistes mettent en avant les musiciens qui seront à Rock en seine.

Ici st vincent par David Prudhomme.

Septime x 80, rue de Charonne dans le 11e

Le Servan x 32, rue Saint Maur dans le 11e

Liste de lectures

Il y a toujours des périodes comme ça où on ne réussit pas à continuer un livre après trois pages. Cela faisait presque un an. Je ne venais à bout que des romans graphiques et des BD. Je répétais qu’après Freedom de Jonathan Franzen, je serais forcément déçue.

Et puis il y en a eu un que j’ai eu envie de finir, et puis d’autres. Parce qu’à ce moment-là en allant à la librairie, la quatrième de couverture m’a racontée exactement ce que je voulais.

image

Il y a donc eu dans l’ordre :

- Gillian Flynn, Les Apparences : C’est un couple new yorkais obligé de partir pour le Missouri parce qu’ils sont fauchés. Là-bas, ça ne peut pas bien se passer parce que c’est la campagne et que ce sont deux citadins, que lui ouvre un bar et qu’elle reste à la maison. Un tellement bon polar que David Fincher, le réalisateur de Seven, Fight Club, The Social Network va en faire un film.

- Edouard Louis, Pour en finir avec Eddy Bellegueule : après un an de débat sur le mariage homo, Edouard Louis raconte son enfance dans une ville où il ne faisait pas bon être gay.

- (Jean-François Copé, Promis j’arrête la langue de bois : c’était l’époque où il était accusé d’avoir surfacturé la société Bygmalion pendant la campagne de Nicolas Sarkozy. Je voulais démontrer qu’il n’avait JAMAIS arrêté la langue de bois. Je vous spoile la fin, c’est le moment où il montre qu’il est important d‘“assumer”.)

- Donna Tart, Le Maître des Illusions : un thriller dans une université du Vermont aux Etats-Unis. Un groupe d’étudiants se trouve pris dans une sombre histoire. Il y a de la neige, ça fait souvent froid dans le dos. Les personnages sont fantastiques, c’est cultivé, bourré de références à la Grèce Antique, l’écriture précise.

- Titiou Lecoq, Sans télé, on ressent davantage le froid : Titiou a un blog qu’elle a ouvert parce qu’une copine lui a dit de le faire il y six ans. Au début c’était pour évoquer une rupture. Et puis elle y a ajouté plein d’autres histoires de la vie : des déménagements, des voisins relous, la lose, l’internet, un accouchement, plein de trucs. Elle a réussi à en faire un livre en papier sans que ça fasse cheap. J’ai rigolé dans le métro toute seule, je la soupçonne de l’avoir écrit pour faire arrêter de pleurer les filles.

- Nick Bilton, Hatching Twitter : C’est l’histoire de Twitter en forme de roman. Ce n’est pas un livre écrit vite fait par un journaliste et qui devient obsolète en deux semaines. Non, Nick Bilton, journaliste au New York Times, a dû faire de longues interviews de tous les fondateurs car le tout se déroule parfaitement, tous les détails sont rapportés avec minutie. Quelques passages du livre sont dispos ici.

Et bim St Vincent décide de reprendre du Nirvana, 20 ans après la mort de Kurt Cobain.

Je suis toujours amoureuse.

Le ciel, le soleil et la mer. Le Pyla-sur-mer.

Philippe Dumez a lancé un book club dont vous devriez déjà faire partie. Des textes qui étonnent à chaque fois et des couvertures en papier peint qu’on aime à toucher.

Philippe Dumez a lancé un book club dont vous devriez déjà faire partie. Des textes qui étonnent à chaque fois et des couvertures en papier peint qu’on aime à toucher.

Cette lettre d’amour à St. Vincent aura été difficile à écrire.
Je ne conseille à personne d’interviewer un artiste qu’il admire lorsque celui-ci est en promo (et donnerait tout pour faire de la musique au lieu de raconter pour la 1000e fois la même anecdote).
Je ne comprends même plus pourquoi ils/elles répondent encore à tant d’interviews. Un clip original est une promo bien plus efficace.

Cette lettre d’amour à St. Vincent aura été difficile à écrire.

Je ne conseille à personne d’interviewer un artiste qu’il admire lorsque celui-ci est en promo (et donnerait tout pour faire de la musique au lieu de raconter pour la 1000e fois la même anecdote).

Je ne comprends même plus pourquoi ils/elles répondent encore à tant d’interviews. Un clip original est une promo bien plus efficace.

En 2014, je fais un tour de France en TER.

J’ai eu l’idée ici.